Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

La Loire vue de selle - 6 -

6 : L’envers du décor

 

 

Au petit matin, les tentes demeurent étrangement silencieuses. Seul le groupe des garçons sportifs sont debout. Du côté des adultes, les petits yeux ne sont pas trompeurs tandis qu'un détail interpelle grandement les observatrices attentives : l'un de nous se prenant pour le roi Dagobert, a mis son cuissard à l'envers. La peau de chamois retournée est du meilleur effet. Notre ami préfigure ainsi une étape qui sera renversante.

Le même, ou bien est-ce son double – comment savoir alors que le monde des illusions sera au programme ? - arrive avec sa guitare pour égayer le petit déjeuner. Une chanson prend forme, un pastiche, loin de l'heure apéritive, histoire de ne pas confondre.

 

Pédaler encore, pédaler encore

Forcer le VTT à rouler encore

Pédaler encore, pédaler encore

VTT : son rayon d'or…

 

Pendant ce grand moment de création, le gros de la troupe arrive. Il ne manque pas de personnes pour les servir tandis que le bal des vélos reprend ses droits. Ceux du matin devant se libérer de leurs remorques tandis que leurs homologues de l'après-midi, retrouvent les porte-vélos rainurés. Cependant, ce premier mouvement en annonce un autre puisque le départ sera collectif et en autocar afin d'épargner aux plus jeunes la redoutable côte d'Amboise. Pour des enfants du Val de Loire, le moindre relief prend des allures de montagne infranchissable.

Il y a désormais parmi l'encadrement des adultes capables de reconnaître les bicyclettes par un prénom qu'ils ne sont pas toujours capables de placer sur son propriétaire. C'est là la magie des organisations tandis que du côté de la cuisine, d'autres s'activent pareillement, anticipant le pique-nique du midi qui concernera pas moins de cinquante-cinq bouches à nourrir.

Puis, ce sera la nouvelle ronde des valises, avec le risque permanent de l'oubli d'un vêtement ou plus grave, la perte d'un sac ou d'une valise - tout est possible dans un tel capharnaüm - Faire et défaire, tel est le leitmotiv de cette partie purement pratique. C'est le préalable à la véritable partie culturelle. Néanmoins toute cette dimension pratique fait partie intégrante d'un projet éducatif qui vise à faire grandir en responsabilité des enfants qui ont bien de la chance de vivre pareille expérience.

Le premier arrêt déposera le groupe des grands à l'Aquarium de Touraine, une volonté inconsciente de prendre le frais sous une canicule qui pointe le bout de son nez. Dix heures trois, cet exploit a supposé la participation de tous et une somme considérable de manipulations. La route resta égale à elle-même, piégeuse, mal indiquée, partagée hélas et parfois fort mal. Notre réverso du matin se fit culbuto du bitume afin de démontrer aux enfants que lâcher les deux mains n'est pas opportun.

La vertu de l'exemple fut à ce titre exemplaire et communicative. Nous eûmes droit à un passage en douceur dans le fossé et plus spectaculaire encore, une rupture de frein dans la descente de Chaumont-sur-Loire, ville réputée pour son festival international des gadins. Fort heureusement seul l'adulte se blessa, au coude droit, ce qui risque de l'handicaper lourdement pour la suite d'un voyage qui n'en a pas fini avec les vignobles de Loire.

Le musée de la magie nous a joué un drôle de mauvais tour. « Vous êtes en retard ! » Il est vrai que notre mode de déplacement ne prédispose pas à la ponctualité. La disparition de l'exposition ne sortit d'aucun chapeau. Nous eûmes simplement droit au spectacle que par politesse, je ne qualifierai pas.

Pour le château, même situation qu'à Azay. Pour un guide, il faut réserver avant janvier ou s'en passer et faire en sorte de diviser le groupe pour ne pas perturber les guides et leurs clients. En somme, loin d'être la vie de château, il faut marcher sur la pointe des pieds avec des enfants qui ne doivent pas se conduire comme des enfants. Blois ne me laissera pas un souvenir impérissable, c'est bien dommage.

L'autre groupe croisa un personnage décalé, un scootériste farfelu, heureux d'être content. Il s'arrêta à hauteur du peloton, a lancé des bans, des cris de guerre vite repris par les enfants. Voyant son auditoire à point, il se lança dans une série de blagues dignes de Rire et Chanson. Les adultes s’inquiétèrent assez vite de la tournure et surent mettre aimablement un point final à cette rencontre.

Le camping de Muids sera un cadre idéal pour mettre tout ce joli monde au frais avec des conditions d'hébergement fort convenables et totalement dans l'esprit des baroudeurs d'autrefois. C'est donc sous toile que (presque) tout le monde dormira grâce à des tentes collectives qu'il n'est pas besoin de monter et donc de démonter au petit matin.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article