Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

À l'Extrême …

Le mortel pouvoir des extrêmes-mixtes

 

 

Le débat fait rage à moins que ce ne soit la rage qui fasse débat en ce moment capital pour le libéralisme, confronté aux dégâts épouvantables que provoque sa doctrine. Pour se maintenir à flot et curieusement entraîner dans son naufrage la planète et ses habitants, ne voilà-t-il pas que le qualificatif d'EXTRÊME est agité comme un épouvantail par les tenants de l'extrême mixte au centre de l'échiquier politique.

Tout ce qui n'est pas à proximité de ce point central, matérialisé (pardon : personnifié) par notre monarque vénéré, se voit rejeter, par une formidable force centripète à une périphérie lointaine, inhospitalière, monstrueuse. Tout va pourtant à vau-l'eau dans le joli royaume de France, mais rien ne doit échapper à la gravitation du Grand Méprisant de l'Arrêt Public.

Qui ne pense pas comme lui, qui échappe à cette dictature du bon sens chère à tous ceux qui un jour occupe la tour de contrôle de la pensée nationale se voit affubler des pires intentions, des plus abjectes desseins, du stigmate de l'incompétence et d’escroquerie intellectuelle. Ne pas partager les vues de Jupiter sur la marche du monde, c'est faire alliance avec le diable ou bien pacte avec le démon.

 

Les imbéciles, les miséreux, les exclus, les non diplômés, les gilets jaunes, les pécores et beaucoup d'autres encore en seraient tous réduits à la dernière extrémité ; donner leurs voix à des fous furieux, des imprécateurs du malheur, des boute-feux, des fascistes ou des dictateurs en puissance. Le bien est incarné par le monarque, les forces du mal ne peuvent que s'opposer en toute radicalité à son infaillible prescience.

Dans de telles conditions, plus rien ne peut faire débat puisque la vérité est détenue par le maître de la raison. L'anathème prévaut avec ceci de fort commode que toute alternative à sa ligne politique relève désormais du blasphème et vaut condamnation sur le bûcher médiatique. Sa doctrine, son idéologie (car en dépit des apparences, il est bien le prêcheur infaillible d'une idéologie extrême) entraîne bien des séismes à l'échelle du pays, du continent et de la planète.

Son délicieux système libéral est responsable de la catastrophe à venir. Point n'est besoin d'insulter ceux qui condamnent cette course absurde dans le vide dont il se fait le chantre. Ses solutions teintées en vert clair ne sont que de la poudre aux yeux pour masquer la volonté de maintenir la croissance, le développement, un mode de vie qui condamne l'humanité.

 

Bien-sûr, la situation exige des réponses extrêmes mais celles-ci sont-elles le fait de furieux de la pensée ou bien seulement de ceux qui en conscience ont fait la seule analyse qui vaille : « Nous devons impérativement tout changer dans notre manière de vivre sur cette Planète ! » Traiter d'extrémistes les plus lucides est bien la marque d'un aveuglement qui doublé du mépris de cette caste, condamne toute inflexion de nos comportements et tout espoir.

La manipulation est patente, les combines pour rejeter tous ceux qui ont une autre sensibilité vont une nouvelle fois permettre de maintenir leur doctrine mortifère au pouvoir par la seule agitation d'oripeaux et l'emploi d’excommunication systématique. Tremblant de peur, le bon peuple, pourtant si humilié par ce monarque et ses amis, doit porter son choix à la voix de la sagesse, du pragmatisme, de la raison.

Ainsi, passera d'extrême justesse cette extrême-mixte de toutes les démagogies libérales. En dehors de ce centre, illuminé par l'esprit saint du grand homme, toute autre conception de la société est marquée du sceau d'infamie. Ne tombez plus dans le panneau, les seuls extrémistes qui se présentent à vous, sont les adeptes d'une doctrine qui nous a entraîné dans cette impasse climatique, environnementale, humaine. Et le plus effrayant, c'est qu'ils agissent en toute connaissance de cause pour défendre des intérêts qui ne sont nullement les vôtres.

À contre-centre.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article