Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le bouclier.

Protection suprême.

 

 

Pour affronter l'adversité, les difficultés du quotidien et les mauvaises surprises de l'existence, la meilleure parade réside dans les vieilles recettes éculées. Le bouclier est l'instrument idoine pour qui ne peut boucler ses fins de mois ni parer aux coups bas de la hausse des prix. Il est encore recommandé pour contrer les relances des débiteurs et les coups de massue des propriétaires.

Le bouclier a trop longtemps été déconsidéré, renvoyé dans les musées à côté des côtes de mailles et des armures. Depuis peu, un premier ministre a enfourché son cheval de bataille pour tenir la bride aux uns tout en boutant les augmentations sournoises. S'il y a de l'eau dans le gaz, notre Don Quichotte de la pensée rurale se promet de monter à l'assaut des éoliennes pour abattre les tarifs réglementés.

« Heaume, shit, heaume » serait la nouvelle devise de ce preux chevalier des temps modernes, capable de mener le combat contre la dérive énergétique tout en pourfendant les vendeurs de produits prohibés. Le bouclier peut ainsi se parer de toutes les compétences : fiscale, sanitaire, réglementaire, énergétique, … il apporte une réponse individuelle à des problématiques de plus en plus complexes.

L'électeur de base, ce malheureux centurion perdu dans univers consumériste débridé suivra judicieusement les conseils du Castex sed lex afin d'adopter la stratégie romaine de la tortue, le bouclier sur la tête pour éviter que le ciel lui tombe sur l'occiput. Fort de ce nouvel animal totémique, le brave citoyen devra patienter encore avant d'attendre les hausses de salaire. Le bouclier protège de tout, surtout du ridicule.

La France n'ayant plus les moyens d'entrer dans la grande compétition planétaire, le bouclier nucléaire devenant au fil des restrictions budgétaires, une sorte de peau de chagrin, le bouclier à la portée de tous, pour porter l'effort de redressement à bout de bras et notre grand chef au-dessus de la mêlée, voilà une excellente idée qui fera les délices des caricaturistes jusqu'au jour prochain où se moquer de Jupiter relèvera du blasphème.

Si mes propos tournent en boucle, c'est hélas que je n'ai pas encore, à l'instar de mes concitoyens, acquis la maîtrise du petit bouclier individuel et portatif que nous met à disposition le gouvernement. Il convient de s'entraîner, de faire preuve de persévérance pour enfin apercevoir le bout du tunnel.

Pour compléter l'équipement, de sources autorisées, le conseiller spécial du grand homme, un garde du corps rapproché sous le feu de l'actualité, aurait suggéré à son maître et gourou d'adjoindre au fameux bouclier de Castex un petit braquemart, arme de poing légère et diablement efficace, qui ferait le meilleur effet dans les prochains corps à corps électoraux.

Nous ne sommes pas certains que cette arme blanche évitera en dépit de sa couleur le vote extrême. Pour les conseillers en communication, cette idée viendrait en opposition avec leur futur slogan de campagne : « Faites Zemmour mais pas la guerre ! ». On devine par là-même l'état de déliquescence des allées du pouvoir à quelques mois d'une échéance capitale.

Certains d'ailleurs songent à ouvrir le parapluie, succédané du bouclier pour qui aime à se tordre de rire comme une baleine. On peut espérer qu'avec de tels cadres, notre pays réussira malgré tout à passer entre les gouttes, fussent-elles de pluie ou bien de larmes. Le pire est pour demain, avec une armée en marche, bouclier dans une main et braquemart dans l'autre.

Débouclièrement leur.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article