Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

La liste de courses

Au pied du panier ou du chariot.

 

 

 

Rien ne semble plus anodin qu'établir la liste des commissions et pourtant … Si vous vous retrouvez dans une communauté provisoire, comme celle que les vacances aiment à constituer au gré des rencontres ou du hasard, vous n'échapperez pas à cet exercice qui s'impose à tous. Tout commence par le terrible constat : « il n'y a plus rien à manger ! », un cri de cœur qui noue les estomacs.

Un conciliabule s'impose à moins qu'il ne faille une réunion au sommet, un symposium ou bien un simple tour de table. C'est peut-être la dernière formule qui convient à des ventres affamés. En tout premier lieu il convient de déterminer la modalité de la prise de notes. Deux écoles s'affrontent, les tenants de la modernité avec le bloc note du portable, les adeptes de la tradition avec la bonne feuille de papier. Ce sera la seconde solution qui l'emporte car il n'est pas certain que les achats se fassent en bande complète.

La décision liminaire prise, les obstacles se dressent soudain devant la belle assemblée. Il y a ceux qui aiment tout prévoir, souhaitent établir des menus afin d'établir une liste à partir des choix préalablement décidés collégialement. Il y a les autres, plus souples, qui veulent juger sur place, en fonction des impressions ou du ressenti devant les étals. Il n'est pas facile de les départager, la ligne rigoureuse semble l'emporter.

C'est donc le choix des menus qui prévaut avant que d'établir les besoins. Ce qui paraît simple en apparence se complique immédiatement par l'attribution des rôles. Le plat n'est rien sans connaître celui qui le réalisera. Là encore, il y a des différences notables selon le maître queux. De nouveaux débats différent la rédaction de liste.

Le consensus se fait. Chacun dispose d'une occasion de briller, fixe ses besoins qui sont notés scrupuleusement. Il y a bien sûr la question de la nature même des produits. Le bio à la cote, il suppose d'être disponible. Il convient d'introduire cette variable en assumant le risque de devoir changer au dernier moment.

La liste a été jetée sur le papier. Il convient désormais de la reprendre pour établir deux équipes : celle qui poussera le chariot dans une grande surface et l'autre qui s'offre le luxe de se rendre dans un magasin de fruits et légumes qui donnent toutes les garanties voulues. Ce simple jeu de répartition duelle ne pose aucune difficulté même si quelques craintes se font jour, sur la possibilité de trouver tel ou tel produit en cette saison.

La nuit qui habituellement porte conseil ne fait, fort heureusement, pas évoluer les choses. Au matin, une fois les équipes constituées après que les derniers levés aient pris leur petit déjeuner et trouvé place libre dans l'unique salle de bain, le convoi se met en branle. Il doit faire demi-tour, la fameuse liste « Grande surface » est restée sur la table, personne n'avait songé la veille à déterminer un responsable. Ce petit contre-temps n'entame en rien la bonne humeur de la troupe.

Arrivés sur place, on dépose l'adepte du petit commerce qui se rend à pied chez son fournisseur habituel. Il découvre, à son grand désappointement que le lundi est jour de fermeture. Il lui faut sortir du centre bourg pour rejoindre à pied, ses compagnons poussant chariot. Il finit par les trouver et réclame une rapide concertation afin d'évaluer les conséquences de cet impondérable

Des produits sortent de la liste, ils attendront le lendemain. D'autres, la nature ayant horreur du vide, y font leur entrée, certains même surgissent au hasard d'une envie irrépressible. La liste est dépassée, le chariot déborde et les prévisions s'émancipent totalement du schéma initial. La note est salée, le temps presse, le premier repas doit passer de la prévision à sa concrétisation.

Une nouvelle liste sera à établir tandis que certains préparent le repas du midi. Il est fort probable qu'elle donne lieu à de nouvelles joutes verbales. Les courses demandent toujours une grande souplesse, un excellent équilibre nerveux et une force d'adaptation à toutes épreuves. Finalement, la liste n'est jamais suivie à la lettre. C'est sans doute ce qui en fait son charme. Demain sera un autre jour, pour l'instant, ce soir, ça devrait faire la maille !

Consuméristement leur.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article