Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Tire-fesse et peigne-cul

Le manteau blanc un coin d'espoir pour nos stations.

 

 

Nous étions très nombreux à trouver parfaitement absurde la fermeture des remontées mécaniques dans les stations de ski françaises, mesure qui du reste, au pays des exceptions, ne s’appliquait pas dans les territoires d’Outre-Mer. Nous venons d’en saisir toute la justesse, ce qui ne peut nous surprendre tant grande est la sagacité du conseil de défense et du conseil scientifique, ces deux instances qui brillent de mille étoiles au sommet de l’intelligence française.

Le voile se lève progressivement sur la stratégie mise en place en secret. Nous devons au passage admirer la patience et la force de résistance d’un gouvernement, acceptant de tomber sous une avalanche de critiques acerbes. Tandis que le peuple voyait tout en noir, nos dirigeants savaient qu’ils agissaient pour notre bien.

Il est vrai que nous ne disposions pas des éléments qui ont prévalu à cette mise en sommeil de ce que jadis, nous appelions l’Or Blanc. C’est souvent le cas, la transparence n’est pas possible sous le manteau neigeux, il faut se résoudre à être conduit, les yeux fermés, par nos guides de haute montagne dans la tourmente d’une crise planétaire. Eux savaient, mais ne voulaient rien en dire, tant qu’ils ne disposaient pas de tous les éléments d’une vaste stratégie de vaccination inopinée.

Je devine votre perplexité. Je vais devoir prendre le temps d’une explication qui relève de l’effet boule de neige en prenant des gants, ça va de soi. N’oubliez pas d’acquitter votre forfait pour me suivre sur les pistes escarpées du raisonnement présidentiel. Car, avouons-le, seul un être aussi brillant, véritable chamois se jouant admirablement bien de toutes les chausse-trappes de la pandémie, pouvait imaginer pareil scénario.

L’homme avait eu vent des différentes avancées techniques se tramant de par ce vaste monde, il eut alors une idée que seul celui que les mauvaises langues nomment Freluquet, pouvait concevoir. Tandis que sa population se braquait sur les mystères de ARN et d’un vaccin qui aurait dû nous mettre la puce à l’oreille avant son exigence de grand froid, il mettait en place une formidable machinerie pour permettre à la Nation de remonter la pente.

En tout premier lieu et en dépit de vagues promesses qu’il avait consenties, une sorte de poudreuse aux yeux pour les tenants de l’environnement, il avait lancé le grand projet de la 5 G à l’échelle de tous les pays, y compris les zones blanches. Nous aurions dû mettre nos sens en éveil, il n’en fut rien, trop focalisés que nous étions sur une critique toujours aussi facile.

Pendant ce temps, le Méprisant de la République avait eu des fuites qui émanaient de Russie et de Chine. Le vaccin russe méritait de faire un nouveau grand emprunt tandis que le test chinois devait être considéré avec sérieux. Mais comment concilier ces trois sujets sans attirer la méfiance sur ce peuple de procureurs si peu lucides. Il convenait de prendre les français par surprise et si possible par derrière.

C’est le premier ministre qui fidèle à ses raisonnements basiques, d’aucuns diront empreint du bon sens de la ruralité, qui trouva l’astuce pour enclencher une opération jamais envisagée dans l’histoire de l’humanité. Quand les stations de ski pourront ouvrir, seuls les tire-fesses seront mis en activité. Une machinerie complexe, exigeant certes un pognon de dingue mais le mot d’ordre du quoi qu’il en coûte s’applique plus que jamais durant cette crise, sera installée sur chaque siège.

Les skieurs devront venir les fesses à l’air pour pratiquer leur sport favori. Si cette exigence pouvait paraître farfelue il y a quelques temps encore, le peuple français a avalé tellement de couleuvres que cette injonction passera comme une lettre à la poste. Le séant sera justement là le cœur de cible puisque automatiquement un test sera réalisé à l’insu du plein gré des skieurs, les résultats immédiatement communiqués et traités grâce au réseau 5 G et avant la fin de l’ascension, les individus positifs seront là encore, par effraction si l’on peut dire, piqués avec le vaccin russe. Si la France n’a pas trouvé de sérum ni de traitement, elle a des idées qui l’autorise toujours à donner des leçons à toutes les nations.

Voilà vous savez tout et vous devez vous attendre à une bonne nouvelle pour les vacances de février. Les pistes vont rouvrir pour le plus grand bien de tous. Ce petit désagrément passé, vous pourrez dévaler les pistes à tombeau ouvert, ayant selon l’expression idoine, le feu au cul.

Avalanchement leur.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article