Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Mémoire du dernier marinier de Loire

Auguste Léger invité d'honneur
d'Onde Bleue la Radio

 

 

Moi, Auguste Léger, « Gugus » pour les « culs terreux » et « la Maille » pour les « chie dans l’eau » , né en 1871 à Neuvy-sur-Loire et rejeton d’une famille de mariniers depuis l’arrière-grand-père Aristide né en 1770, j’ai la prétention de penser que je fus le dernier représentant d’une noble confrérie, celle des gars qui allaient sur la Loire pour y transporter toutes sortes de choses. C’est d’ailleurs fort de cette conviction que je fis graver dessus ma tombe : « Ci-gît le dernier marinier de Loire ! » avec deux fiers accents circonflexes pour évoquer le temps jadis où je portais le « grand chapeau de feutre noir »…

 

Je suis revenu dans le monde des vivants pour confier mon histoire à Ondes Bleue la Radio. C’est ainsi que vous pourrez me retrouver durant 4 épisodes le mardi à 18 heures et en rediffusion le dimanche à 14 heures. Pour les gens pressés, j’ai pensé regrouper toutes mes confessions en y ajoutant de belles photographies de Yannick Bouron d’un gars de Montsoreau. Un très beau village qui ouvre les portes de la Loire Angevine, bien loin de chez moi dans le Sullias.

 

Prenez le temps de m’écouter et de voyager en ce curieux temps de confinement qui vous cloue dans vos demeures. J’avons ben du mal à penser que j’aurons supporté pareille affaire. Moi, la LOIRE, j’pouvions pas m’en passer et j’ai ouï dire qu’il est interdit d’y mettre les pieds ou un bateau ; quelle ânerie d’vous mettre la bride, une folie pure ! Évadez-vous en ma compagnie

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article