Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Pour le devoir, vous repasserez.

C’est pourtant facile à comprendre ...

 

Les publicités l’affirment, c’est la fête des mères. Les temps sont naturellement aux achats onéreux pour prouver l’affection que chacun a pour sa tendre et merveilleuse génitrice. Pourtant, ce jour-là, la confusion gagne les esprits troublés comme le mien. Tous les porteurs d’écharpe sont sur le pont, pour une journée interminable à poireauter dans ce qu’on nomme un bureau de vote. Il y a donc tromperie sur la formulation, c’est ce jour la fête des maires, après celle des voisins et avant la prochaine occasion de célébrer un membre de la famille.

Le pauvre maire pourtant n’est pas à la fête. Il est en mal d’assesseurs. Le risque une fois encore, entre père et maire est de ne pas savoir écrire ce mot bien peu usité dans la vie quotidienne. D’ailleurs, pour le bien de la natalité et de notre mère patrie, il n’y a jamais assez de sœurs, mes chers frères quand il s’agit de glisser le bulletin dans l’urne.

Pour ajouter à la confusion, on installe dans ce fameux bureau, une cabine d’essayage, un lieu enclos de rideaux noirs. Dans la ville d’où je vous écris, l’inquiétude est grande avec ce genre d’endroit. Ne prétendait-on pas que des femmes y disparaissaient avant que de partir en souterrain pour de lointaines destinations via la Loire puis l’Océan. Fort heureusement, il y a ces fameux assesseurs pour garantir notre sécurité, nous pouvons voter les yeux fermés.

C’est justement ce que nous réclame depuis quelque temps notre bon président qui prétend que pour les braves citoyens, il n’y a qu’un vote utile, nécessaire et réellement démocratique. L’homme a usé de tous les stratagèmes pour ne faire entendre que sa voix, se passant même de sa doublure, la tête de liste, pour faire campagne en dehors des usages légaux. C’est donc aussi la fête des impairs.

J’avoue y perdre d’autant plus mon latin qu’on m’affirme qu’il y a 34 listes candidates, ce que je ne constate ni sur les panneaux électoraux, ni même sur les bulletins disponibles sur une table digne d’un repas dominical. Voilà une autre nouveauté en cette journée si particulière, on peut glisser un bulletin dans l’enveloppe bleue, mais pour certaines listes, il convient de venir au préalable avec son imprimante, c’est encore la fête du citoyen qui s’y perd !

Plus confus encore, nous avons reçu par la poste quelques professions de foi. Pas toutes là encore, manière de nous démontrer une bonne fois pour toutes que les élections ne sont qu’une question d’argent, pas de conviction. Pour renforcer ce sentiment, beaucoup de listes concurrentes, prétendent peu ou prou la même chose, avec les mêmes slogans. Il y a même des listes si jumelles que nous pouvons croire à la fête des paires.

Dans ce joli micmac, mon esprit chavire. Je me présente pour remplir ce que l’État lui même, à coup de slogans vertueux, présente comme un Devoir électoral. Je ne me retrouve guère dans cette injonction détestable, si contradictoire du reste avec la farce que les mêmes ont mené durant cette rase campagne. Les idées tout autant que les débats volaient en rase motte et nous autres, les braves nigauds qu’ils cherchent tous à leurrer, nous devrions être les seuls à prendre de la hauteur !

Je pensais naïvement que j’exerçais là un Droit, un acquis de haute lutte par nos ancêtres. Je le remplis cette fois de bien curieuse manière. La règle du jeu est si parfaitement faussée par Freluquet, le grand arbitre en personne, les partis d’en rire et leurs impayables guignols, les médias qui se sont tous rangés derrière un seul homme que je suis bien marri de voter en conscience. Il me faut tenir compte des sondages pour ne pas exprimer un choix qui ne servira de rien. Les cartes électorales sont faussées, les jeux sont faits et rien, décidément, ne va plus dans ce pauvre pays. En tout cas, ce que je sais c’est que ce fameux dimanche, ce n’était certes pas la fête de la Démocratie.

Confusément leur.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article