Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Baptême breton en Ligérie

« Pas sage » vers l’eau de là.

Baptême breton en Ligérie

Le bien nommé

 

Expatriée sur nos rives, la bretonne de Loire a trouvé matière à se mettre un peu de baume au cœur en se lançant dans l’aventure fluviale. Forte d’une volonté irréductible propre aux gens de sa tribu Armorique, elle alla quérir un marinier afin qu’il lui offre bateau pour s’évader des basses contingences de notre époque et d’une région sans embruns. Celui-ci, en digne chevalier servant, alla quérir à La Pierre percée un frêle esquif à sa dame de nage afin qu’elle retrouve l’air du large cher à sa lointaine fin de terre.

L’embarcation allait être baptisée comme il se doit. Le vent d’ouest apportant l’eau bénite du ciel en droite ligne de Bretagne. Pareille congruence étant de nature à placer le « Pas Sage » sous les meilleurs auspices à défaut de proposer un temps idéal pour le pique-nique sur une île qui devait suivre la célébration païenne. Qu’importe, rien n’aurait pu arrêter la joyeuse troupe des amis.

Les préparatifs eurent droit à quelques rayons de Soleil, preuve que Oudin regardait de manière favorable les destinées des heureux propriétaires. Est-il nécessaire d’établir la liste du ravitaillement apporté par les uns et les autres pour l’occasion ? Ce qu’il convient de taire c’est la quantité déraisonnable de vin, tentant de compenser toute l’eau annoncée par Météo-France. Chacun conjure le sort à sa manière, celle-ci étant particulièrement marinière.

De mon côté, soucieux de la santé de ce beau monde, j’apportais de quoi préparer un vin chaud avec un petit mélange d’épices digne des potions magiques celtes. Pour les buveurs éventuels de cervoise par contre, aucun risque d’aller vers l’option attiédie du breuvage, la température ambiante évacuant tout risque de réchauffement comme de tempérance du reste.

Tandis que j’en étais à ces considérations hydriques, le capitaine se lançait dans le pré-montage du réchaud à charbon de bois, le bois flotté risquant fort, en ce jour de Saint de Glace, de refuser obstinément la mise à feu. Un second bateau arriva sous ces entre-faits, sa voile gonflée par le vent de Galarne. Si pour les yeux et les sensations, la chose est propice à de jolis instants, le baptême se place résolument sous le signe des intempéries.

Deux avirons sont installés, en croisillons, afin de fixer la bouteille de Champagne qui normalement aurait dû se briser contre la coque métallique. Votre serviteur, grand amateur de bulles s’indigne de cet honteux gaspillage. À la victime expiatoire du rituel naval allait se substituer une bouteille de bulles sans alcool. Si les apparences étaient sauves, la dégustation n’en serait que meilleure.

Pour agrémenter dignement le moment décisif, un drapeau breton était déployé par Greg, le parrain du « Pas Sage », le bien nommé. La bouteille et son liquide sans saveur, se brisant du premier coup se répandit sans coup férir sur le pont. La suite ne sera qu’une triste histoire d’hydratation, le champagne justement préservé finissant dans des gosiers n’ayant pas même l’excuse de la canicule pour justifier ce lamentable travers.

J'interromps mon récit pour aller lever, moi aussi, un verre à ce nouveau locataire de la Loire et du port de Châteauneuf. Celui-ci ayant la prétention de naviguer le plus régulièrement possible, ce qui le démarquera de nombre de bateaux de par ici. Le « Pas sage » ayant dûment été arrosé, nous pouvons embarquer pour célébrer par un banquet celte l’heureuse naissance.

L’Hirondelle décide de naviguer à la voile pour signifier à son homologue que l’installation d’un mat est un impératif sur la Loire à moins de faire partie de la grande cohorte des mariniers d’opérette. La voile gonflée à la fois de l’orgueil de suivre les pas des grands anciens et d’un vent qui fait partie intégrante de notre histoire, nous allons trouver refuge sur une île, pour nous retrouver en symbiose véritablement avec ce magnifique théâtre, qui fut si souvent chanté par Maurice Genevois. Nous longeons le Chastaing, lieu emblématique de Rémy des Rauches. Nous avons le cœur en Ligérie pour honorer Nadine et Thierry.

Le ciel fut de la partie. Rien ne nous tomba sur la tête, nous profitâmes pleinement de ce bonheur ineffable de nous retrouver en confraternité sur une plage de sable fin, sans autre présence que celle d’une nature préservée. Je souhaite à beaucoup de pouvoir ainsi profiter de ce plaisir unique, les rivières offrent toutes de tels moments pour peu qu’on s’en donne la peine. Pas n’est besoin d’un bateau pour cela même si rien n’est plus beau qu’un rivage vu du cours de la rivière. Trouvez vous aussi votre plaisir en vous évadant au fil de l’eau, à pied, à cheval, en vélo ou d’une toute autre manière.

Intronisationnement sien.

Baptême breton en Ligérie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Et bien là , l'icône est réapparue !!
Répondre
C
Boucher<br /> <br /> Les mystères de la toile
B
On peut plus partager sur Fb à partir d'ici, il n'y a plus l'icône "partager sur Fb "en bas du texte,il n'y plus que twiter et Google...??
Répondre
C
Bouchez<br /> <br /> Quid