Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Une hirondelle qui fait le printemps.

Se jeter à l’eau …

Une hirondelle qui fait le printemps.

Le coup de bourde.

 

 

Les aventures marinières ont ceci d'extraordinaire qu’elles nous réservent toujours surprises, désagréments et bonheur sans que l’on sache vraiment quel billet nous allons tirer. C’est la loi du genre chez les marins d’eau douce, piètres navigateurs sympathiques, grands enfants déraisonnables, amoureux éperdus d’une rivière qui ne se donne jamais à eux.

Le récit qui va suivre est rigoureusement authentique, autant que faire se peut sous la plume d’un Bonimenteur qui s’octroie bien des libertés avec la narration. Vous comprendrez aisément qu’il a le souci de préserver la respectabilité de ceux qui se sont livrés à ces frasques. Ne chercher pas à les reconnaître, les images sont faussées, les clichés floutés et la mémoire embrumée.

Tout commença un matin de labeur et de grand soleil. Une dame, en mal d’affection ou bien de sensations fortes sans doute, envoya un message à la mer. Elle émit l’idée d’une sortie sur notre rivière, sollicitant ainsi un marinier émérite, un homme sachant manier sa barque en toutes circonstances. Elle usa d’un moyen résolument moderne confiant à la toile ce message qui, jeté dans la Loire n’aurait jamais atteint son destinataire.

Le miracle eut lieu, à l’autre bout de ce fil invisible, l’homme répondit d’autant plus favorablement qu’il venait de recevoir bonne et grande nouvelle et qu’il avait dessein de célébrer la chose avec quelques amis triés sur le volet. Les astuces de Cupidon sont impénétrables, c’est lui qui avait concocté ce merveilleux prétexte pour que le rêve puisse devenir réalité.

La dame, ravie ne put retenir sa langue et nous verrons par la suite qu’elle usa à plaisir de cette curieuse expression. Elle fit part à votre serviteur de la possibilité d’un dîner sur la rivière, perspective à laquelle, vous devez le comprendre aisément, je ne puis résister pour peu que ce soit avec des amis.

La nouvelle circula comme une traînée de poudre. Bientôt l’équipage fut constitué et chacun de se réjouir de cette merveilleuse perspective. Dans pareil cas, nul n’organise la répartition des denrées ; chacun apportant ce qu’il pense bon à partager. De manière incompréhensible, si le solide arrive de façon déséquilibrée et incertaine, il ne manque jamais de bouteilles pour tenir le choc.

À l’heure annoncée, la joyeuse troupe se retrouve, découvrant alors qui est convié et ce qu’il a pensé à apporter. Sur le quai, les futurs navigateurs se congratulent, se réjouissent par avance de l’improviste qui fait si bien les choses. Le héros du soir tarde à venir, il joue en cela la vedette en s’octroyant ce quart d’heure de retard qui le distingue du commun des mortels.

Déjà nous percevons auprès de l’instigatrice de la bordée un énervement, une impatience que pour l’heure, nous ne parvenons pas encore à expliquer. Quand au bout du quai, arrive le grand navigateur, marinier batelier, nous voyons le visage de la dame s’éclairer. Il ne fait plus de doute, nous allons être les témoins d’une union ligérienne.

Mais avant de mener sa barque, le capitaine doit rejoindre son embarcation. La Loire est haute, les pluies récentes lui ont donné courant et flots. Le ponton est éloigné du quai. Il faut jouer de l’équilibre pour atteindre deux palettes à couple qui servent de pont flottant pour peu qu’on dispose d’un grappin pour les approcher du quai.

Le récipiendaire qui a pied sûr se sort sans encombre de la manœuvre délicate. Le suivant, celui qui aurait dû lui servir de matelot se lance alors dans l’opération périlleuse. L’homme est un gourmand devant l’éternel, il a la prétention de rejoindre ce périlleux esquif avec un panier chargé de victuailles. Il franchit le pas, descend d’un pas incertain, son précieux contenant dans la main.

Soudain, il perd l’équilibre, tente de se rattraper à la corde tendu par un comparse sur le quai pour maintenir le pont flottant en bord de berge. Malheureusement, l’homme à la manœuvre a laissé traîné l’autre partie de son cordage. L’imprudent malhabile saisit la partie molle qui se dérobe et la chute devient inévitable.

L’équilibriste et le panier plongent dans les flots. Deux bouteilles disparaissent à jamais dans ce naufrage qui tend désormais vers la catastrophe. Fort heureusement, malgré le courant violent et grâce à son gilet de sauvetage, le maladroit retrouve ses esprits et une main secourable pour se sortir de ce guêpier. Il est trempé et la soirée ne fait que commencer.

Les autres de se moquer, de rire aux éclats et de se lancer déjà dans des railleries qui ne cesseront pas de si tôt. C’est ainsi qu’on entame une aventure qui va rester dans les mémoires. Il convient toujours de se jeter à l’eau pour briser la glace et réjouir les amis. La suite restera entre nous. Je vous devine à l’affût de confidences que je ne m’autorise pas à vous dévoiler. La morale n’en sortirait pas grandie tant la modération fut bafouée.

La nuit fut étoilée et douce. L’été avait pris de l’avance sur la saison et notre belle hirondelle fit le printemps de deux cœurs qui se trouvèrent. Quant à celui qui tente vainement de vous restituer cette histoire, tout mouillé et en slip, il vit son pouvoir de séduction singulièrement amoindri. Il se réconforta en dégustant quelques préparations succulentes et en vidant des cruchons.

Nous tînmes la chandelle, activité nécessaire et légale quand on navigue après la tombée de la nuit. La dame tutoya les anges, ceux qu’elle appelle souvent de ses prières. Nous en fûmes ravis pour elle. Cette hirondelle avait fait son printemps, il n’était pas plus belle nouvelle.

Piteusement vôtre.

 

 

Une hirondelle qui fait le printemps.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Ami Bernard.....il est 'dommage ' d ' avoir oublier de citer : le Bapteme, du Chevre dans dame. 'Liger'' accompagnant les 2 bouteilles du Panier ! Etant Temoin, j ai de '' tres bonnes Photos '' mais chut ! elles sont dans un dossier sous '' Scelles '' Merci de nous Avoir Rappeler cette tres Agreable.......Soiree
Répondre
C
La Malice<br /> <br /> Nul n'est à l'abri d'u oubli et parfois celui-ci est volontaire