Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

La bête à bon dieu.

À en perdre la tête !

La bête à bon dieu.

D'un cheveu ...

 

Il y a foule sur la place des martyres. Un merveilleux temps printanier a poussé la foule, toujours avide de sensations fortes à assister à la décapitation d’un brave homme. Les loisirs manquent en cette époque lointaine et la populace n’a pas encore la chance de pouvoir se repaître de violence sur les chaînes d’informations en continu. Autre temps, autres mœurs, c’est à un cours de biologie que les parents ont convié leurs enfants.

Un homme pourtant semble ne pas partager l'enthousiasme collectif. Il a la mine des mauvais jours et une tête qui ne nous revient pas. Il est le héros de la fête, la tête d’affiche en somme. Le succès de l’après-midi dépend de lui mais aussi du second rôle, l'exécuteur des basses œuvres, un homme quant à lui sourcilleux et attentif au moindre détail. D’ailleurs le bourreau affûte avec application le tranchant de sa hache, il n’est pas question de faire rater sa sortie à son client.

Le supplicié gravit une à une les marches de sa dernière scène. Tant qu’il le peut encore, il a l’intention de conserver la tête haute. Chacun place sa dignité selon ses possibilités, lui qui toute sa vie ne s’était jamais monté du col, a cette fois une posture de prince. Le silence se fait dans la foule, l’impression que donne le condamné est saisissante, quelle classe !

Le bourreau, homme perfectionniste, règle quelques petits détails afin de ne pas risquer de compromettre le spectacle. Il n’a jamais été payé en petites coupures, c’est à lui de trancher dans le vif une bonne fois pour toutes. Il lui appartient de ne pas faire souffrir son patient. C’est ainsi qu’il lui dégage la nuque, arrache le col de sa tunique pour que rien ne vienne perturber le bras armé de la justice.

L’air est doux, c’est une belle journée pour quitter cette terre pense le malheureux qui n’a déjà plus toute sa tête. Une grande partie de celle-ci est ailleurs, espérant l’existence d’un monde meilleur comme les prêtres lui ont toujours seriné cette belle promesse. C’est une consolation qui évite de mal se comporter à l’ultime instant. Ne pas perdre la face est sa préoccupation majeure, nous ne pouvons qu’admirer ce souci honorable.

Sa dernière heure était arrivée depuis longtemps. Il sait désormais que sa vie ne tient plus qu’à un fil qui va bientôt se rompre. Il pose sa tête sur le billot, l'exécuteur bande ses muscles, dresse son outil tranchant et se concentre pour viser juste. La foule qui depuis quelques minutes grondait à la perspective de voir la tête de ce gredin rouler dans le panier, se fait soudainement silencieuse, elle retient son souffle tandis que le bourreau prend une longue inspiration et que le supplicié s’accorde une dernière pensée bucolique.

Soudain, sur le cou qu’il convient de trancher, un petit insecte se pose, exactement là où le tranchant de la hache devait s'abattre. L’exécuteur est perturbé, ce détail vient troubler sa concentration tout en lui posant un cas de conscience : « Doit-il faire deux victimes ? » La coccinelle puisque c’est cette charmante bête qui est venue perturber la cérémonie, n’est en rien coupable des turpitudes du larron.

Le bourreau abaisse son arme, la foule s’indigne, ne comprend pas ce qui se passe. L’homme qui dans l’instant d’avant était en posture de tuer son prochain, prend délicatement la coccinelle et la prie d’aller voler ailleurs. La rumeur circule rapidement dans l’assistance. Ceux des premiers rangs ont vu l’incident, on se félicite de la décision du bourreau, cet homme a du savoir vivre.

L’animal envolé, chacun reprend le cours de l’action. Le supplicié est ravi de ne plus avoir ce sentiment de démangeaison qui allait perturber son départ, le bourreau dispose à nouveau d’une cible parfaite. La tragédie peut reprendre le cours de son récit. De nouveau la hache se dresse au dessus de la tête à couper quand la même coccinelle revient se poser au même endroit.

C’est cette fois un murmure général qui parcourt la foule. Le bourreau quant à lui vient de se signer. Il a vu dans ce phénomène un message du ciel. La bête à bon dieu n’est pas venue ici par hasard. Le message est perçu de la même manière dans l’assistance. Des cris émanent de la multitude :  «Grâce! »; « Il est innocent! », « Libérez-le ». Les autorités présentes pour jouir elles aussi du spectacle bénéficiant de places réservées (les bonnes habitudes n’ont pas changé) se concertent. Il convient de savoir se concilier le peuple et surtout d’exploiter opportunément les circonstances. La décision est prise dans l’instant avec la bénédiction de l'évêque assis lui aussi en bonne place ; l’homme est gracié. La foule, versatile comme toutes les foules, pousse des hourra retentissants.

Pour votre serviteur qui a pris le risque de vous raconter cette histoire, l’affaire se complique grandement. Comment trouver en effet une chute acceptable à ce récit sans queue ni tête ? C’est la bête à bon dieu qui m’en donne la réponse. Des points de suspension feront parfaitement l’affaire pour la représenter dignement et lui permettre de s’envoler vers des cieux plus cléments …

Coccinellement sien.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/la-bete-a-bon-dieu-203857#commentaires

enfin quelques commentaires triés
Répondre
A
si personne ne lit et commente... pourquoi publier ici

certes, pas besoin de censurer les commentaires comme sur Agoravox !
Répondre
A
patience... bientôt sur Agoravox... encore quelques validations complices !

Des propos fielleux, mais prudents, dans quelques articles ; puis quelque contes, tout celà pour publier quotiennement tout en bloquant les commentaires qui ne sont pas laudateurs BRAVO sur Agoravox

ici c'est calme plat !
Répondre