Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Ne chinoisons pas.

Quand le dragon se mord la queue

Photographie Christelle BESSEYRE

Photographie Christelle BESSEYRE

Saint Berdolin sur Yang Tse Kiang

 

Jamais notre bon échevin, ne choisit ses amis en vain. Il a intérêt à leur offrir des cadeaux, leur accorder quelques menus avantages, faire d’eux de gentils pages ou bien de joyeux godelureaux. Il ne sera nullement déçu, ni même de la revue. Les favoris, toujours en courbettes, se prosterneront devant leur seigneur, lui rendront tous les honneurs, lui offrant même une raclette.

Le plus obséquieux de ceux-là aura une part de choix. Sans faire tout un fromage, il disposera de passe-droits, et de la part du roi, le si gentil page ! Pour son plus grand bonheur, du prince sera le passeur. Il pourra faire pis que pendre, jamais le plus petit ennui, ni le moindre souci, pas l’ombre d’une amende.

On s’interroge pour une telle préférence, ces excès se font indécence. L’échevin fermant les yeux, use pour lui de mansuétude, loin de son habituelle attitude, il favorise celui qui n’est pas gueux. Peu soucieux de l’éthique, il s’émancipe des pratiques. Il fait de lui un seigneur, lui octroyant tant de privilèges, que le budget s’en allège et que l’on gronde parmi les payeurs.

Le bon duc d’Orléans ne se formalise nullement. Il aime ce joyeux bouffon, se réjouit de son espièglerie, aime à se croire de ses amis, fait de lui un baron. Il anoblit dans l’instant, celui qui se prend pour un grand. Il le gratifie d’un titre, pour qu’il fasse risette, lui cède une guinguette afin qu’il y fasse le pitre.

Tout cela ne suffit point, l’autre reste sur sa faim. Il en réclame encore plus, veut prendre le large, refaire un voyage sans y mettre un écu. Il a maintes fois profité de certaines privautés. Mais cette fois sans courber l’échine, il réclame une grande faveur, un cadeau de valeur, il veut aller en Chine.

Rien n’est trop beau pour le joyeux camelot. D’un coup de baguette magique, le petit page de la bergère, jouera les filles de l’air, pour un vol magnifique. D’un jeu d’écriture, le trésorier apposera sa signature. L’échevin ne compte guère, l’argent vient de la caisse commune, ils profiteront tous deux de cette bonne fortune pour changer un peu d’air.

D’autres les accompagneront, les coquins sont ici légion. C’est vers l’empire du levant, que la troupe voyageuse, après la Louisiane rieuse, poussera plus avant. Un nouveau gredin dans la soute, ils se remettent en route. En toute bonne logique, c’est pour bien gouverner qu’il leur faut voyager ; c’est beau la politique !

Pour bien s’affirmer, l’homme se veut carré. Il choisit ceux qui l’entourent, comme un bon souverain, il se montre patelin avec tous ceux de sa cour. Ils partiront dans l’Empire du Milieu, jamais aussi bien nommé à mes yeux. La joyeuse troupe se félicite, l’esprit de coterie fait merveille ici, les nantis en profitent.

Quelques voix s’élèvent devant ce voyage qui énerve. À la prévôté on méprise, rien ne sert de critiquer, nul ne peut arrêter, ces pratiques incomprises. C’est pour notre seul bien que tous ces gens vont si loin. La main sur le cœur, l’échevin nous promet, de magnifiques retombées ; quel sacré farceur !

Pour cette étrange aventure, la farce est l’issue la plus sûre. Il convient de faire rire, nous ne pourrons rien changer, le pouvoir leur permet d’abuser sans coup férir. Lors des prochaines fêtes johanniques, le dragon leur fera la nique. Marchant derrière la bergère en procession, il soufflera le feu sur la donzelle, la consumant en un brasier qui fera merveille, réconciliant Rouen et Orléans dans une même commémoration !

Puis quand ils seront de retour les voyageurs nous joueront un autre tour. En guise de remerciement, le bon échevin patelin, cédera au brave marin, un tout nouveau bâtiment. Un canard laqué, quelle merveille, pour ce navigateur sans pareil. Avec ce beau colifichet nautique, le capitaine pourra ainsi embarquer toutes les têtes couronnées sous l’œil de ses grands soutiens médiatiques !

Pamphlétairement leur

 

Photographie République du Centre

Photographie République du Centre

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article