Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Dormir comme une souche.

Sur ses deux oreilles …

Dormir comme une souche.

Bois de lit.

 

Comme on fait son lit, on se couche. La chose n’est pas aisée pour celui qui se contente d’un lit douillet de mousse au pied d’un arbre. Il n’a d’ailleurs pas le loisir de s’offrir la belle étoile puisque les feuilles viennent le priver de ce spectacle merveilleux. Est-ce pour retrouver ses racines qu’il cherche ainsi l’inconfort rugueux d’un ancien tronc ayant subi les outrages du bûcheron ? Nul ne le saura jamais.

Toujours est-il qu’il convient d’analyser à la loupe cette expression qui demeure le nœud du problème pour les insomniaques. C’est au pied de la lettre que nous devons débuter notre investigation. Pourquoi la souche remplirait-elle ici ainsi son office anesthésiant ? Celui qui abuse du chèque en bois sait plus que tout autre que la souche vous conduira à l’ombre, est-ce pour autant une manière sereine de bien dormir ? C’est une toute autre question !

Le dormeur forestier n’est certes pas plus à l’aise que celui qui se contente de sa chambre. L’un et l’autre se retrouvent sur un bois de lit, seul le degré de transformation les distingue. Quant à disposer d’un édredon de plumes, le second a besoin des services d’une tapissière quand le premier fait appel à la gente ailée. C’est sans doute bien plus agréable.

Le ronfleur impénitent est à l’origine de la formule. Son brouhaha nocturne fait immanquablement penser à des scieurs de long en activité. Les uns s’activent au passe-partout tandis que l’autre  ne dérange personne. C’est pourquoi sa place est toute trouvée, c’est dans la forêt qu’il dormira du sommeil du juste.

Cependant il convient de le mettre en garde. N’importe quelle souche ne fera pas l’affaire. Il est à craindre pour lui que, s’il choisit un sapin, son sommeil ne devienne éternel. La chose pourrait se reproduire avec les chênes, mais cette fois, c’est un problème de moyens. Tout dépendra donc de son train de vie pour mesurer le risque mortel à dormir sur ces essences.

Le bouleau conviendra parfaitement à celui qui est en recherche d’emploi. Voilà une manière de vivre paisiblement ce drame personnel, de fermer les yeux sur une situation peu enviable. Le pommier n’est pas conseillé pour ceux qui ne disposent d’aucune compétence en sciences physiques. La chute inopinée d’une pomme pourrait alors les laisser dans un océan de perplexité d’autant plus qu’une souche produit rarement de fruits. Le châtaigner est idéal pour dormir à poings fermés, surtout par temps d’orage. Je ne vous ferai pas l’injure de vous en donner les raisons.

Nous pourrions poursuivre plus avant la recherche de la souche idéale pour dormir profondément. Le philosophe aime se laisser aller au pied d’un hêtre quand la demoiselle en quête d’un prince charmant lui préfère le charme. Le gourmand choisira l'acacia à condition de ne pas être allergique aux piqûres d’abeilles ; il y fera son miel et ses beignets. Le parkinsonien évitera le tremble tandis que le saule blanc aura la préférence du fêtard qui ne veut pas fermer l’œil de la nuit.

Les amants se tourneront naturellement vers le cyprès, obtenant ainsi ce rapprochement qu’ils ne parvenaient pas à réaliser dans une chambre classique. Quant à l’adepte de la sieste, le pin parasol s’imposera pour peu que les rayons du soleil soient ardents. Les natifs de Paris et les mécréants trouveront leur bonheur sous un pêcher, les biffins et les belliqueux seront ravis de se poser un peu sous un grenadier histoire de pouvoir dégoupiller un peu. Enfin l'épicéa conviendra certainement à ceux atteints d' énurésie.

Ainsi tous ceux-là, en suivant mes conseils, pourront dormir comme une souche comme ils l’entendent. Je suis ravi d’avoir ainsi pu contribuer au bien-être des rêveurs. Enfin, pour tous, il n’est pas plus belle souche pour se sentir à l’aise que celle du mélèze. Vous y serez si « bénaise » !

Sommeillement vôtre.

Photographies de Aude Magliano de Sauvons les platanes de Gien

Dormir comme une souche.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article