Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Les trois mauvais diables.

À la Noël, ne travaille jamais !

Les trois mauvais diables.

Jour chômé sur la Loire.

 

Il était une fois trois abominables lascars, aussi godelureaux que larrons, mal embouchés aux manières détestables pourvu qu’il passât un jupon à portée de propos grivois. Ils étaient capables de tout et surtout du pire en quelques circonstances que ce fut. Ils fréquentaient bien plus les tavernes que la sainte église et n’avaient pour les choses de la foi que moqueries et blasphèmes en bouche.

Ce soir-là, veillée de Noël, ils avaient amarré leur chaland sur les quais d’un petit village ligérien. Ils menaient un chargement de tuiles de Trélazé vers la grande ville de Nevers. L’affaire était mal engagée, les vents ne sont pas souvent favorables à la remonte en cette partie de Loire. Ils avaient grand soif, un mal dont ils souffraient plus que de raison et auquel, jamais ils ne parvenaient à apaiser les souffrances.

Ils s’attablèrent dans une auberge dont le patron, homme fort accueillant d’habitude, leur déclara sans ambages que ce soir était messe de minuit et qu’il était hors de question pour eux de s’attarder davantage. Il allait fermer son auberge pour célébrer la naissance de l’enfant Jésus et demain, sa porte resterait close afin de respecter la trêve de la nativité.

Les trois soiffards de rire aux éclats : «  Une journée entière sans boire ni manger, comme diable serait-ce possible ? » Invoquer le diable à quelques minutes de la grand messe, voilà qui horrifiait le brave tavernier. Il se signa et demanda à cette maudite assemblée de quitter séance tenante son estaminet. Les trois d’obtempérer non sans avoir acheté un tonneau de vin de Sancerre, un jambon et une grosse miche de pain. Ils avaient l’intention de faire réveillon à leur façon et s’en retournèrent à leur bateau.

Dans le village les cloches sonnaient à la volée, réclamant la venue des fidèles dont pas un ne manquait à l’appel en cette nuit si particulière. Chacun, dévotement allait célébrer la naissance du petit ange tandis que les desserts de la Noël les attendraient à leur retour auprès de la cheminée où brûlait la grosse bûche récupérée dans les brandons de la Saint Jean. Ainsi allait la vie des gens de ce temps-là, ponctuée de rituels et de cérémonies auxquels il ne fallait pas déroger.

Le curé monta en chaire, il s’indigna qu’il y eut dans sa paroisse ce soir-là, trois gredins de la pire espèce qui avait refusé de se rendre au saint office et qui, pire que tout faisaient si grand tapage que leurs chansons obscènes et leurs jurons honteux venaient perturber les prières de le noble assemblée. Il leur promit les flammes de l’enfer, se signa et appela ses ouailles à faire de même pour sauver les âmes de ces suppôts de Satan.

La messe dite, chacun s’en retourna dans sa demeure, se bouchant les oreilles pour ne pas entendre le Sabbat que menaient ces diables de mariniers sur leur maudit Chaland. C’est à l’appel des matines que les paroissiens découvrirent la chose ; le bateau avait largué ses amarres et l’équipage en dépit du jour de Noël, avait repris sa navigation, profitant en ce jour saint parmi tous les autres, d’un vent porteur pour arriver à Nevers.

On se signa, on s’indigna, on courut prévenir le bon prêtre que l’interdit le plus sacré était transgressé. Les trois mariniers mal-embouchés avaient décidé de travailler en ce jour où chacun devait rester parmi les siens à ne rien faire pour honorer la venue au monde du sauveur. Le curé calma les siens en haussa les épaules et en déclarant : « Qu’ils aillent au diable ! »

On oublia les trois gredins et après l’office, chacun se mit en cuisine pour griller la dinde ou bien le canard. Il n’était pas si fréquent de manger une bonne volaille en ce temps de misère. C’est vers la midi qu’une rumeur enfla dans le village. Une fumée inquiétante montait dans le ciel gris et bas, chargé de nuages un peu en amont du village.

Des plus jeunes se mirent en demeure de se rendre sur place pour comprendre ce qui pouvait bien se passer là. Un fils de bonne famille enfourcha son cheval, galopa au plus vite sur le chemin de halage. Quand il arriva à proximité d’un grand méandre de la rivière, il se doutait déjà du spectacle qu’il allait trouver.

Les trois mauvais diables.

La fumée était noire et épaisse. Pas un bruit pourtant ne venait troubler le décor, comme si les flammes ne léchaient pas un grand bateau en bois, chargé de marchandises diverses. Le bateau sombrait dans la rivière, coulait lentement dans un silence de mort. Le cavalier était descendu de cheval, il regardait éberlué la fin d’un grand chaland dont bientôt, il ne resta plus rien. Aucune trace de l’équipage, il s’agenouilla pour se signer et dire une prière en bon chrétien qu’il était.

C’est ainsi que le trouvèrent tous ceux qui avaient accouru à sa suite à pied. Ils firent comme le cavalier sans poser de question, respectant tous cet étrange silence qui régnait là. Puis tous de se relever et de chercher à comprendre tout en s’enquérant du sort de ceux qui avaient fait scandale et grabuge lors de la messe de minuit.

On fouilla les rives, on chercha sur les berges, on observa les flots à la recherche d’une trace de vie, d’une présence ou bien d’un indice. Rien, non vraiment rien, il n’y avait pas âme qui vive. Monsieur le curé arriva sur ces entre-faits à califourchon sur une bourrique. Il dit quelques Pater et autant d’Ave puis jeta des imprécations en destination de l’endroit où avait disparu le chaland.

On s’en revint au village, cherchant à oublier l’incident, se réconfortant en se disant que ceux qui enfreignent la trêve de Noël, méritaient bien le sort qui leur avait été promis. Le temps passa, l’épiphanie, douze jours plus tard, arriva sans que rien de nouveau ne fut arrivé. On avait tenté d’oublier les trois mauvais diables qui avaient sombré dans les flammes de l’enfer quand un bateau arriva dans le petit port.

À son bord, les trois lascars ou du moins des mariniers en tout point semblables. Ils avaient pourtant plus belle figure, des manières agréables et des vêtements chamarrés. Plus surprenant encore, sur leur girouet était une étoile brillante et une oriflamme d’un blanc étincelant. Ils avaient dans les mains des présents pour tous les gens du village, du pain d’épices et des petites friandises. Ils descendirent en silence du bateau, allèrent jusqu'au parvis de l’église paroissiale, devant la lourde porte de chêne, les bras ployant sur leurs lourds paniers.

Les cloches sonnèrent à la volée sans que personne ne les eut actionnées. Le prêtre avait revêtu ses habits sacerdotaux, portait la grande croix des jours de procession et s’avançait tremblant devant les trois inconnus qui ne disaient mots. À son approche, ils mirent un genou à terre, déposèrent les paniers et se prosternèrent devant la sainte croix.

Puis sans un mot toujours, ils regagnèrent leur bateau et partirent dans un silence de mort. Ils remontaient eux aussi la Loire et quand survint le maudit virage ou douze jours plus tôt, un chaland avait sombré, le bateau fantôme se volatilisa comme s’il n’avait jamais existé. Depuis ce jour, en ce petit village, le soir de la Noël, on fait une grand feu de joie, histoire de conjurer le sort, de se souvenir de ces étranges apparitions et surtout de ne jamais oublier que la trêve en ce jour est sacrée.

Nativement vôtre.

Les trois mauvais diables.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article